Glassgram » Maison et Cuisine » Comment faire l’assainissement de sa maison ?

Comment faire l’assainissement de sa maison ?

Dans les ménages, les eaux usées sont produites au quotidien. Il s’agit notamment des eaux noires ou des eaux-vannes issues des toilettes, ou encore, des eaux grises ou ménagères provenant de la cuisine. Cependant, pour le bien-être des habitants ainsi que de l’environnement, ces eaux doivent être nécessairement traitées avant d’être éjectées dans la nature. Plusieurs options se proposent à cet effet. Comment faire l’assainissement de sa maison ? On y répond dans cet article. 

L’assainissement individuel

Si la construction d’une maison se retrouve sur un terrain dont le raccordement à un réseau d’assainissement est impossible, il faudra donc opter pour un assainissement autonome. Ce moyen consiste à traiter de façon individuelle et autonome les eaux usées avant de les repousser dans la nature. À cet effet, plusieurs options sont proposées pour y arriver. Toutefois, il faut retenir que le principe de fonctionnement est pratiquement le même.

D’abord, il faudra une collection des eaux usées, excepté les eaux pluviales. Celles-ci passeront ensuite par une phase de prétraitement par décantation et une phase de traitement par action bactérienne avant d’être expulsées. On a donc le choix entre les fosses toutes eaux, les micro-stations ou encore les divers filtres. Les tarifs et les performances varient en fonction de chaque solution.

Optez alors pour celle qui correspond à votre budget, vos besoins ainsi qu’à la configuration de votre logement. Outre cette méthode, vous pouvez également découvrir la phytoépuration qui est aussi un type d’assainissement individuel. C’est en effet une technique d’épuration naturelle permettant de traiter les eaux usées au moyen de combinaison de plantes. Très écologique, elle requiert peu d’investissement et moins de tracasseries. 

 

assainissement de sa maison

L’assainissement collectif

Également appelé assainissement tout-à-l’égout ou assainissement public, cette méthode d’assainissement est la plus pratiquée aujourd’hui. Elle implique tous les logements desservis par un réseau d’assainissement collectif. En d’autres termes, lorsqu’une maison située à proximité d’un réseau public a la possibilité de s’y raccorder, elle est donc contrainte d’avoir recours à un assainissement collectif.

S’il s’agit de votre cas, les seuls travaux que vous aurez à effectuer, sont de rejoindre ce réseau public. En outre, pour une maison située à une hauteur en dessous de celle du réseau tout-à-l’égout, il sera nécessaire d’user d’une pompe de relevage. Cependant, sachez qu’au-delà des installations publiques, l’entretien de votre système d’assainissement est à vos frais, de même que la pompe de relevage. 

L’assainissement semi-collectif

Logiquement, l’assainissement collectif n’implique qu’un seul logement avec un nombre restreint d’habitants. Cependant, dans le cas où une localité éloignée du réseau d’assainissement collectif disposerait de plusieurs habitations, il est préférable qu’elle sollicite un assainissement semi-collectif. Cette option est qualifiée de non-collective, car elle ne possède pas la capacité importante d’une station d’épuration collective.

Avec ce moyen, les eaux usées sont rassemblées et conduites vers une station d’épuration collective où elles subiront un traitement efficace avant leur évacuation dans la nature. En gros, il faut noter que ce type d’assainissement reste la meilleure technique pour le traitement de toutes les eaux usées.

Tout comme la phytoépuration, l’assainissement semi-collectif peut être également très profitable du point de vue financier. En recourant à cette option, la zone concernée disposera ainsi d’un réseau de canaux servant à récupérer toutes les eaux usées des habitations qu’elle regroupe. Ces eaux seront ensuite transportées vers une petite station de traitement.